bébé livre manuscree

Vous avez décidé d’écrire et de publier votre premier livre ?
Quelle bonne idée !
Mais que de choses à prévoir, que de démarches à effectuer, avant que bébé livre ne vienne au monde !

Une fois l’œuvre sortie de votre imagination et couchée sur le papier (pardon : rédigée sur votre ordinateur), il va falloir vous familiariser avec de nombreux métiers spécialisés pour que le récit devienne livre (imprimé, numérique ou même audio).
Pour vous simplifier la vie, voici chacune de ces étapes, avec les adresses utiles qui vous serviront pour mener à bien votre projet de publication de livre :

Écriture du récit

Google Docs pour écrire un livreAvec quel logiciel allez-vous écrire votre livre ?
Rédiger un texte de quelques pages peut se faire avec bon nombre de logiciels, mais gérer la mise en page de plusieurs centaines de feuillets peut vite devenir difficile : ralentissement de l’ordinateur, difficulté à sauvegarder un gros fichier, mauvaise qualité du correcteur…

Si vous voulez travailler comme un professionnel, il vous faut au minimum un logiciel traitement de textes (Microsoft Word, OpenOffice…). Vous pouvez aussi éviter d’investir dans l’achat d’un logiciel si vous disposez d’un compte Google. Dans ce cas, utilisez Google Docs qui fonctionne exactement comme Word, sauvegarde en temps réel votre travail et le rend accessible à distance via un accès protégé. Il est aussi capable de sortir votre travail au format PDF pour un envoi aux maisons d’édition par exemple.

Définition de la mise en page

tailles A3 A4 A5Les imprimeurs vous feront payer un peu moins cher si vous déterminez les dimensions de votre livre en fonction des tailles A3, A4, A5 classiques. A partir de ces dimensions, vous pourrez connaître la hauteur et la largeur de votre livre et en déterminer les tailles de vos entêtes et bas de page, ainsi que les dimensions des marges.
C’est la première chose à régler dans votre traitement de textes. Pensez à créer un entête dans lequel vous mettrez le titre de vos chapitres (cela peut s’automatiser si votre chapitre est créé avec un style de Titre). Mettez votre numérotation de page dans le pied de page du document.

Normalement, un nouveau chapitre commence toujours sur le feuillet de droite d’un livre (mais cette tradition se perd). Il est aussi d’usage de mettre une table des matières à la fin du livre. Voyez avec votre imprimeur pour les autres conventions de mise en page si vous voulez obtenir un résultat professionnel.

Création des styles

Personnellement, je commence toujours pas créer des styles dans mon logiciel de traitement de textes.
Chacun de ces styles aura des caractéristiques bien précises : choix de la police de caractères, espace entre chaque ligne, tiret cadratin ou semi-cadratin pour les dialogues, numérotation automatique des chapitres…
Si vous ne faites pas cela AVANT de commencer à écrire, vous aurez tout à reprendre, page par page, une fois votre récit terminé !

J’ai ainsi pu me créer un modèle de document que je réutilise pour chacun de mes nouveaux livres. Quand je commence un dialogue, le tiret demi cadratin se place automatiquement à gauche du texte, lequel est décalé vers la droite. Il me suffit d’appliquer le bon style (avec un raccourci clavier : Ctrl D pour Dialogue). Je gagne un temps fou !

Toute cette technique est décrite par le détail dans mon livre proposé au bas de cette page. Voyons plutôt les étapes suivantes, celles dont vous aurez à vous occuper une fois que toutes vos brillantes idées auront été couchées sur le papier :

Relecture et correction du manuscrit

Logiciel Antidote correction de textesMême si vous avez un bon niveau de français, n’espérez pas écrire 200 pages sans faire de fautes (et je ne parle que de l’orthographe et de la grammaire) !
Les outils intégrés aux traitements de textes sont insuffisants, souvent parce qu’ils ont été créés par des éditeurs étrangers. Voici quelques outils complémentaires (payants) qui seront nettement plus puissants, capables d’auto apprentissage pour s’adapter à votre style d’écriture.

  • Antidote (logiciel professionnel à installer. Fonctions d’auto apprentissage et dictionnaires spécifiques aux métiers)
  • Cordial (logiciel à acheter ou correction en ligne par copier/coller). Corrige orthographe et grammaire
  • Scribens (site web corrigeant l’orthographe et la grammaire par copier/coller ou importation de fichier )importé
  • Larousse (en ligne. En plus de l’orthographe et de la grammaire, Larousse propose un dictionnaire de synonymes et la vérification de la conjugaison)
  • Le Robert Correcteur (à télécharger. Orthographe, grammaire, mais aussi correction de la ponctuation).
  • NeuroSpell (l’avenir de la correction : utilise le Deep Learning pour s’améliorer sans cesse).

Si vous ne voulez pas investir dans un logiciel, vous pouvez aussi passer par les services d’un correcteur professionnel, lequel fera un travail encore plus poussé qu’avec un logiciel en vous signalant les redites et autres lourdeurs de style.

Certificat de Qualité M@nuscree. Marque DéposéeNotre Annuaire des Acteurs du Livre est là pour vous proposer leurs coordonnées. Vous pouvez aussi demander un devis de correction de manuscrit. Les livres auto édités souffrent d’une mauvaise image. On les accuse d’être mal corrigés. Pour vous aider à prouver la qualité de votre livre, Manuscree a créé le Certificat de Qualité CQMa, attribué par des correcteurs professionnels après correction de votre livre.

Améliorer votre style

S’il y a un sujet qui divise les acteurs du Livre, c’est bien la notion de style littéraire ! Il n’y a pas de formule magique pour savoir quel sera le meilleur style, celui que les lecteurs vont plébisciter. Par contre, il existe des règles simples à respecter qui vous éviteront de faire des erreurs classiques.
Exemples :

  • phrases trop longues mêlant plusieurs idées peu précises
  • énumérations sans fin qui privent le lecteur de sa liberté d’imaginer
  • termes désuets ne correspondant plus à la façon de s’exprimer du personnage représenté
  • phrases complexes, comportant des ellipses qui en cachent le sens

Ces différentes erreurs et la façon de les éviter sont détaillées dans le livre proposé en bas de cette page.

Création de la couverture du livre

C’est la première chose que verront vos lecteurs. L’image même de la couverture doit donc faire comprendre de quel type de récit il s’agit, si possible de l’ambiance qui s’en dégage et donc donner envie au lecteur de s’intéresser au résumé du livre pour conforter sa première impression.
C’est pour cela que vous verrez souvent des couvertures de polar partir dans du noir et du rouge, couleurs conventionnelles de la mort et du sang !
Attention donc aux éditeurs en ligne qui acceptent quasiment tous les auteurs en auto-édition mais bradent la qualité des livres qu’ils fabriquent en proposant des couvertures aussi standards que moches !

Si vous êtes un peu bricoleur en infographie et que vous avez la fibre créatrice, vous pouvez utiliser plusieurs photos à piocher dans des banques d’images et vous lancer dans le photomontage avec un logiciel tel que Photoshop. N’oubliez pas qu’il existe des droits sur ces images et que vous ne pouvez pas les utiliser comme cela vous chante, surtout si ces images doivent être placées sur des livres mis dans le commerce.

Voici les liens vers quelques banques d’images :

Attention, cependant : les imprimeurs n’acceptent pas n’importe quoi. Il vous faudra connaître les normes d’impression, fournis des fichiers en haute résolution, enregistrés en CMJN, format PDF incorporant les polices de caractères ou les ayant vectorisées; contenant des marques de pliure et de marges, etc.

Si vous commencez à trouver tout cela trop technique, alors il est temps de vous décider à choisir les prestations d’un illustrateur professionnel. Voir notre Annuaire des Acteurs du Livre.

Vous pouvez aussi demander un devis pour la création d’illustrations pour votre livre.

Protection juridique de votre manuscrit

Quand on commence à écrire, on devient souvent un peu paranoïaque en imaginant que tout le monde va vouloir nous piquer la sublime idée de livre que nous avons trouvée !
La réglementation française est très claire à ce sujet : on ne peut pas protéger une idée (et heureusement, sans quoi beaucoup de mauvaises réalisations d’une idée auraient dominé les trouvailles de génie). Ce que la loi protège en terme d’écrits, c’est l’antériorité de votre récit.
Il faut donc pouvoir prouver cette antériorité en cas de litige (lequel litige sera tranché devant un juge).

INPILe site de l’INPI propose des explications détaillées sur les différents droits d’auteur. Je vous en recommande la lecture (cela vous sera utile le jour béni où vous aurez à négocier avec un éditeur).

Voici les principales solutions permettant de prouver cette antériorité, toutes recevables devant la Justice :

Solution 1

S’envoyer son manuscrit par La Poste en lettre recommandée avec A/R (il faudra présenter une enveloppe cachetée qui n’aura visiblement pas pu être ouverte depuis son expédition). Pas facile de trouver de vrais cachets de nos jours…

Pour les ouvrages comportant des illustrations, l’INPI vous propose sa formule de l’enveloppe Solleau.

Solution 2

protection de livre CLEONumériser son manuscrit dans un fichier et le télécharger vers une banque de fichiers qui y apposera une signature numérique. Il faudra penser à récupérer ce fichier avec son certificat numérique et surtout ne faire le dépôt qu’une fois que TOUTES les modifications seront terminées, sans quoi vous n’aurez plus qu’à payer un nouveau dépôt !

Voici les liens de quelques banques de dépôt en ligne :

Solution 3

Envoyer son manuscrit imprimé à un organisme chargé de le conserver et qui vous délivrera une preuve de dépôt.
Ce type de solution tend à disparaître avec la digitalisation à marche forcée de notre société.

LA SGDL
SGDLLa Société des Gens De Lettre a créé une solution numérique appelée CLEO (voir plus haut) mais vous pouvez encore leur envoyer votre manuscrit par La Poste, accompagné d’un chèque de 45 € et en respectant un certain formalisme décrit ici.

Autre solution, pour ceux qui souhaitent protéger un ouvrage trop compliqué à numériser (par exemple un livre de photos) : faire protéger votre œuvre littéraire par un huissier de justice.

Solution 4

ManuscreeManuscree a mis en place une solution simple et fiable qui vous permet à la fois de prouver l’antériorité de votre manuscrit et de le protéger durant 10 ans. Tout cela pour seulement 10 €. Pour en savoir plus, faites une demande de protection de manuscrit.

Envoi du manuscrit aux éditeurs

Je me revois il y a quelques années en train de photocopier en 10 exemplaires mon manuscrit de 200 pages pour ensuite les expédier un par un par La Poste aux principaux éditeurs de la place parisienne. Je passais les semaines qui suivaient à guetter l’arrivée du facteur ou la sonnerie de mon téléphone avec espoir… J’étais bien naïf à cette époque !

Selon le journal Le Monde : 1 français sur 10 aurait profité des périodes de confinement pour écrire un livre !
Selon le journal l’Express, Gallimard recevrait à lui seul près de 6000 manuscrits par an. 5 000 pour Le Seuil; 4000 pour Fayard. Une première lecture nous ferait naturellement additionner ces chiffres pour arriver à un résultat stupéfiant, mais ce serait oublier que bon nombre de ces manuscrits vont passer successivement par chacune de ces maisons d’édition !

Faisons un petit calcul très sommaire…

6000 manuscrits par an, pour des collaborateurs travaillant environ 200 jours par an…
Supposons qu’un seul lecteur avale un de ces manuscrits en 2 jours seulement (c’est un super lecteur capable de lire en diagonale sans rien perdre du style du récit). Il pourrait donc en digérer au maximum 100 par an.
Cela nécessiterait tout de même 60 super lecteurs, juste pour une maison d’éditions !

Vous y croyez vraiment ?

Je vous ai découragé ?
Non, bien sûr. Qui ne tente rien, n’a rien, n’est-ce pas ?

J.K. RowlingS’il existe des exemples célèbres d’auteurs connus dont le manuscrit a été refusé, parfois plusieurs fois, avant de devenir un best-seller (voir l’histoire de J.K. Rowling avec son roman Harry Potter), il n’en reste pas moins que les éditeurs continuent à éplucher l’avalanche de manuscrits que La Poste leur envoie en espérant y dénicher la perle rare.

Il est donc toujours utile de passer par cette étape, mais il convient de respecter certaines précautions afin de mettre toutes les chances de votre côté. Je donne le détail de ces précautions dans le livre Écrire, Publier et faire Connaitre son Livre proposé en bas de cette page.

Voici les adresses et formalités d’envoi de manuscrit de quelques éditeurs connus :

Vous pouvez aussi envoyer votre manuscrit via Internet. Pour cela consultez notre page qui liste les dépôts de manuscrits en ligne.

Choix de l'imprimeur

Si vous en êtes à rechercher quel imprimeur pourrait transformer votre manuscrit en un bel ouvrage, c’est que vous avez zappé la solution de l’éditeur et que vous êtes parti, comme bon nombre d’entre nous, vers la solution de l’auto-édition !

Rien de honteux en cela, contrairement à une mode très parisienne. D’ailleurs de plus en plus d’éditeurs vont aussi chercher leurs perles rares dans le monde de l’auto-éditions (et des plateformes de livres numériques), partant du principe que si un livre a rencontré du succès auprès de suffisamment de lecteurs et bien ma foi, cela vaut le coup de le vendre et donc de le publier !

Donc, vous recherchez un imprimeur…

Il existe plusieurs types d’impressions, répondant chacun à des contraintes spécifiques :

l’impression OFFSET

Réservée à l’impression en très grande quantité. Vous avez sans doute déjà vu ces grosses rotatives tourner pour sortir des journaux ou des magazines à la chaine. Ce sera plutôt pour du livre de Poche, quand vous serez devenu tellement célèbre qu’il faudra imprimer des millions d’exemplaires rapidement 😉

La reprographie

C’est de l’impression numérique réservée aux petits formats en petites quantités et sans trop de qualité pour les couleurs. Plutôt pour des recueils de poésie par exemple

La sérigraphie

Un peu chère pour sortir de petites quantités, elle est très utilisée dès lors que votre ouvrage devient spécifique (encres spéciales, nombreuses photos, papiers spéciaux, …)

L’impression numérique

C’est la plus couramment utilisée de nos jours pour l’impression de romans (1 couverture couleur, le texte intérieur en N/B). Le gros avantage est de pouvoir imprimer à la demande, en petites quantités. Bien entendu, les tarifs seront dégressifs en fonction du volume, mais si vous débutez, il vaudra mieux payer un peu plus cher l’exemplaire afin d’éviter d’accumuler un stock d’invendus.

Si vous voulez savoir combien couterai l’impression de votre livre via ce type d’imprimeur, complétez la demande de devis d’impression.

Je connais plusieurs astuces très utiles permettant de faire fortement baisser le coût à l’unité de vos livres. Je les ai décrites dans mon livre, au bas de cette page 😉

Créer un livre numérique (eBook)

Il existe plusieurs versions de livres numériques. Selon les plateformes sur Internet qui les proposent à la vente, vous aurez à vous adapter à l’un ou l’autre de ces formats.

Plateforme Kindle

Elle appartient à Amazon. Pour ajouter votre livre, il vous faudra fournir le manuscrit au format PDF ainsi que l’image de couverture à des dimensions spécifiques (à voir sur leur site). Il vous faudra aussi proposer un prix de vente. Par pitié : ne bradez pas tout le temps passé à écrire votre livre en acceptant des tarifs ridicules de 1,99 € ou pire 0,99 € au prétexte que c’est le prix pratiqué par les autres !

Plateforme Kobo by FNAC

format ePubSi vous avez créé votre livre numérique au format Kindle, il ne sera pas lisible par Kobo… Cette plateforme accepte différents formats, dont le plus connu : le format ePub. Le plus simple est encore de suivre les conseils donnés par le tutoriel de Kobo by Fnac.

Autres plateformes de eBook

logiciel CalibrePour créer votre livre au format eBook, il vous faudra l’aide d’un logiciel spécifique comme Calibre qui a l’air assez simple de prime abord mais qui nécessite des compétences en HTML et CSS. Si vous préférez passer par un prestataire, merci de demander un devis pour une création de eBook.

Dépôt légal à la Bibliothèque Nationale de France (BnF)

BnFSi vous avez décidé d’auto éditer votre livre, vous allez devoir respecter un certain nombre de contraintes légales.
Parmi elles, vous devrez envoyer à la BnF un exemplaire de votre livre imprimé (non obligatoire mais fortement conseillé si votre livre est numérique). A faire quand votre imprimeur vous aura livré vos exemplaires. Voir Dépôt légal à la BnF

Le numéro ISBN

AFNILOutre les coordonnées de l’éditeur et de l’imprimeur, si votre livre est commercialisé à plus de 100 exemplaires, il devra comporter un numéro ISBN.
Il est délivré par l’AFNIL, que vous soyez un éditeur en société ou même auto-édité (nouveau). Le coût est de 25 € si vous n’êtes pas trop pressé 😉

Promotion de votre nouveau livre

champagne événementVotre livre est enfin sorti. Champagne !

C’est fantastique, mais une fois l’euphorie passée dans le cercle de vos proches, vous allez ressentir une sorte de grand vide, un peu comme une dépression post-natale 😉
Vous allez surtout vous rendre compte que le plus dur reste à faire : annoncer la nouvelle au plus de monde possible et de préférence à des gens susceptibles d’être intéressés par le sujet de votre œuvre d’art !

Deux possibilités : vous avez peu de moyens et des compétences en marketing ?
Dans ce cas, vous allez inonder les réseaux sociaux de messages publicitaires, participer à des séances de signature en magasins, vous inscrire au plus de salons littéraires possibles et oter votre casquette d’auteur créatif pour celle de commercial convaincant !
Vous êtes un(e) introverti(e) convaincu(e) et/ou avec une certaine notoriété ?
Alors il faudra vous tourner vers un Agent littéraire, lequel sera chargé du développement de votre notoriété. Voici quelques conseils de base dans les paragraphes suivants :

Participation aux concours littéraires

C’est une bonne solution, mais les concours sont souvent réservés à des premières œuvres non encore éditées…
Donc, mauvaise pioche si vous perdu patience et décidé de vous auto-éditer. Heureusement, il reste quelques concours réservés aux œuvres déjà publiées. Voyez notre rubrique des Manifestations littéraires pour obtenir leurs coordonnées (ou pour proposer des manifestations non encore enregistrées par notre webmaster).

Promotion sur les salons littéraires

Certains salons littéraires refusent encore les auteurs auto-édités. Tradition, tradition…
Pour en avoir fait beaucoup dans ma belle région de la Côte d’Azur, je peux vous dire qu’il est important de bien choisir sur quels salons aller.
Les plus importants seront bien entendu les plus difficiles d’accès, surtout si vous n’avez pas un carnet de contacts (d’où l’importance d’avoir un Agent littéraire). Les plus petits risquent de beaucoup vous décevoir car j’ai déjà vu plus de monde parmi les auteurs que parmi les visiteurs sur certains salons locaux…
Les bruits de couleur en imputaient la faute, qui à la météo, qui au fait que les gens lisent de moins en moins… Mais je me suis surtout rendu compte qu’il s’agit principalement d’un manque flagrant de budget de communication.
Renseignez-vous donc en détail avant de vous inscrire à ces salons, si vous ne voulez pas y perdre votre temps.

Développement de votre notoriété

De nos jours, il vous faut au minimum avoir un compte Facebook avec lequel vous pourrez dialoguer avec vos lecteurs (et collègues auteurs).
Un compte sur Twitter vous permettra d’annoncer vos dates de signatures ou de présence sur les salons.
Un blog ou site web vous permettra de faire la promotion en détail de vos livres.
Et le site manuscree.com vous permettra tout cela :

Vous pouvez par exemple déposer gratuitement une petite annonce présentant votre livre, ou même l’inscrire dans notre catalogue si vous souhaitez vendre votre livre via Manuscree. Vous conservez TOUS vos droits et nous ne prenons que 2 € par livre vendu.

Ecrire, publier et faire connaître son livre

Vous venez de voir que le nombre de choses à connaître pour écrire un livre est assez important et recouvre plusieurs métiers. Après avoir publié 8 livres via ma propre maison d’éditions, j’ai pu rassembler suffisamment de connaissances, de petits trucs et de conseils sur les erreurs à éviter.

Je les ai réunis dans ce livre : Ecrire, publier et faire connaître son livre, en vente sur le site des Editions la Pépinière.

En l’ayant sous la main, vous gagnerez un temps fou dans votre merveilleux projet de création de livre !